Ce que le PVT en Australie m’a appris

Cette semaine, c’est Mai Lo qui nous raconte son expérience d’expatriée en Australie grâce au PVT (Permis Vacance Travail ) et comment cette expérience a transformé sa vie.


Hello ! Moi c’est Mai Lo (@mailoisinoz), et je suis là pour vous parler de mon expérience de PVTiste (et étudiante) en Australie. Je suis tombée amoureuse de ce pays en 2014, et depuis l’Australie me suit partout dans ma vie quotidienne. Vous allez comprendre en lisant l’article.

Voici 3 choses que mon séjour en Australie m’a permis d’apprendre et de comprendre:

1) Apprendre à aimer son pays

page2image2989424

Quand je suis parLe en Australie, j’étais assez fâchée avec la France. Je me plaignais de la mentalité des Français, des impôts, des lenteurs administraLves, de la poliLque… J’étais persuadée que l’herbe était plus verte ailleurs. ParLr à l’autre bout du monde m’a permis d’ouvrir les yeux sur tes choses dont on profite en France et qui me paraissaient acquises : L’accès gratuit à l’éducaLon et la santé, le camembert, Carrefour…

Vous allez rire, mais OUI Carrefour est pour moi GÉ-NIAL et j’avais oublié à quel point j’y étais aaachée haha Je me suis rendue compte de la qualité des produits auxquels on avait accès dans les supermarchés Français, où en tous cas que tous mes goûts de consommatrice sont made in Carrefour. Et ça m’a bien manqué là-bas ! Pareillement, les média français m’ont manqué. Ne plus avoir accès aux journaux Français, c’est un peu frustrant. Connaître l’environnement dans lequel on vit est un véritable confort. J’étais perdue quand j’écoutais les news australiennes ! J’ai grandi dans un environnement bien précis, et être propulsée dans un contexte qui t’est inconnu (tu ne connais pas les stars locales, les poliLques australiens, les références culturelles…), ça m’a fait senLr « inférieure »

culturellement. Bref, maintenant, I love France.

2) Apprendre à aimer les pays des autres

Je ne vais pas te menLr, j’avais (et j’ai toujours je pense) des a priori sur certains pays. 3 ans en Australie, où la mixité culturelle est reine, m’ont permis de me changer les idées. J’ai travaillé avec des Chinois, des Thaïlandais, des Émiriens, des LaLnos… Autant vous dire que, bien élevée par les média occidentaux, la Chine pour moi c’était encore une sorte de

page4image3846560

« dictature » où les arLstes et les médias sont sur-contrôlés. Que pour moi, Taiwan et la Chine, c’était pareil. Et que notre belle république démocraLque était le meilleur système qui soit. Avoir des potes chinois et Taiwanais m’a bien fait rentrer dans le cerveau, que non, ce n’est pas la même chose et qu’il s’agit bien de 2 pays culturellement différents. En discutant avec mes amis Chinois, j’ai bien compris que pour eux, c’était notre système qui était défaillant. Et que peut-être qu’on nous racontait n’importe quoi dans les média et que finalement, la propagande « anL chine » était aussi de notre côté. Et en échangeant avec mon pote de Dubai, j’ai compris que mes idéaux de peLte occidentale, je pouvais me les garder. Il me disait sans pression qu’il avait des esclaves à la maison. Comment veux-tu réagir face à ça ? Tu ne peux pas crier au scandale et lui demander « Et les libertés fondamentales humaines alors ? ». Non, tu dois juste accepter que les choses sont différentes dans chaque pays, et que ta concepLon de ce qui est « normal » n’est pas partagée par tout le monde.

(8 naLonalités différentes présentes à mon anniversaire)

3) Apprendre à m’aimer

Mon aventure en Australie m’a permis de me découvrir un peu plus, et de m’aimer un peu plus. J’ai toujours eu une scolarité excellente, un parcours académique sans embûches. J’avais passé un concours pour rentrer dans l’école de mes rêves, et je l’ai loupé. J’étais très en colère contre moi- même. Et c’est la raison pour laquelle je suis parLe de France. Et finalement, en vivant à l’étranger, je me suis rendue compte qu’il y avait autre chose que les notes, les grandes écoles et les super entreprises dans lesquelles je comptais postuler. ParLr en Australie, c’était bien mieux qu’avoir réussi mon concours.

page5image3845888

Je me suis en effet découvert une passion pour l’entrepreunariat. J’ai commencé un projet d’entreprise qui consistait à accueillir les backpackers arrivant en Australie. Tu peux d’ailleurs retrouver mon expérience à ce sujet ici. Aujourd’hui de retour en France, mon peLt projet a grandi. Mon taff, ce n’est pas un job à haute responsabilité dans

une grande agence de pub comme j’en rêvais, mais c’est d’aider les Français en Australie. Et tu sais quoi, c’est bien plus valorisant. Tous les jours, je me remercie d’avoir raté ce concours, de m’avoir permis de parLr en Australie et de faire le job qui me donne envie de me réveiller tous les maLns.

Si d’ailleurs tu veux des conseils sur l’Australie n’hésitez pas à contacter sur Instagram. Tu seras peut-être une nouvelle raison pour moi de me réveiller 🙂

Et pour des échanges entre voyageurs et des conseils utiles et fiables , RDV sur le groupe Facebook géré par Mai Lo!

[En soumettant cet article, j’accepte que les informations contenues dans celui-ci soient exploitées sur des blogs, ebooks ou tout autre supports pour permettre de faire connaître mon blog.]


Partagez l'article:
  •  
  •  
  •  
  •   
  • 7
  •