Expatriée en Australie: comment j’ai tout quitté du jour au lendemain?

images-2

L’Australie??
Ce pays là-bas? Sur ce continent à l’autre bout du monde??!

Pourquoi si loin? Pour quoi faire? Combien de temps? Ou allez-vous dormir (je l’adore celle-là!)? Voici les questions que m’ont posé ma famille et mes amis quand je leur ai annoncé mon départ pour l’Australie!

Dans cet article je vous dis tout! Pourquoi je suis partie du jour au lendemain pour l’Australie et comment cette aventure m’a choisie!

Puisque oui, il y a des moments dans la vie, où tout est aligné!

images

Il existe des jours où la vie a un sacré goût d’aventure, de kiff, et de sensations plus fortes encore!

Surtout parce que parfois il y a des décisions qui s’imposent presque naturellement: une opportunité à saisir tout de suite, une chance de commencer une nouvelle vie ailleurs, … Bref, un changement de vie totalement imprévisible et moi j’adore ça!

Le début de l’histoire

En 2014, pour fuir la routine d’une vie qui m’ennuyait, je suis partie vivre en Corse, dans un petit village perdu dans les montagnes. On peut dire qu’à cette période de ma vie, j’avais besoin de me poser les bonnes questions et cet isolement m’a fait le plus grand bien!

Puis, au fil des mois, je réalise que j’ai quand même, et depuis longtemps, des envies d’ailleurs…

C’est donc en rentrant en janvier 2016 que j’avais déjà le projet de repartir très vite, pour vivre et travailler à l’étranger.
Avec mon compagnon de l’époque, nous avions émis quelques idées de destinations: les Étas-Unis (Floride) pour son choix à lui, et l’Australie pour mon choix à moi, mais rien de vraiment concret à ce moment là.

Puis nous sommes partis tout le mois de février en vacance en Thaïlande. Nous voulions vraiment profiter de ce séjour pour nous reposer et nous ressourcer. Tout en ayant de longues conversations à ce sujet, on s’est dit « on en reparle en mars ! ».

C’est donc début mars, en revenant de notre aventure en sac-à-dos en Thaïlande, que je me suis sérieusement mise à étudier les différentes perspectives d’« expatriation temporaire » dont on pouvait bénéficier pour ce nouveau projet.
On était toujours clairement tentés par deux destinations: Les États-Unis et l’Australie. Deux destinations qui nous ont toujours fait rêver, deux nouveaux continents à explorer.

De la folie vous pensez?! Peut-être oui mais « qui vit sans folie n’est pas si sage qu’il croit (souvenir d’un cours de philosophie de 1ère!) ou plutôt « les folies sont les seules choses qu’on ne regrettent jamais ». Alors continuons nos rêves de fous!!
Un véritable challenge en tout cas, et je ne croyais pas si bien dire!!

Après plusieurs heures de recherches sur Google, sur les sites des gouvernements respectifs, les forums et j’en passe, je me suis vite aperçue qu’il était clairement plus facile pour moi de s’orienter vers l’Australie!

N’ayant pas un compte en banque à 6 chiffres, il est presque impossible de mettre un pied sur le sol américain pour y travailler! La seule véritable bonne occasion, c’est de trouver un sponsorship AVANT de partir (c’est-à-dire une entreprise qui veuille bien payer votre droit de travailler sur le sol américain: une procédure très longue et chère et surtout un engagement conséquent avec l’employeur). D’autant que seul lui, en tant que Chef cuisiner français qualifié pouvait y prétendre. Pour ma part, il aurait fallu que je sois relié à son visa pour bénéficier des mêmes droits que lui, encore fallait-il que l’on soit mariés!

On s’est donc tourné vers l’autre option: l’Australie! Bien plus facile pour moi d’obtenir un visa de travail puisque le pays donne accès au WHV (Working Holiday Visa, appelé en français PVT: Permis Vacance Travail). Ce visa me donne le droit de vivre et travailler sur le territoire pendant 1an, renouvelable 1an sous certaines conditions. Ce visa coûte 300euros (presque rien pour un visa de travail!) et il est très facile à obtenir. (Pour plus d’infos, le site du gouvernement ICI).

Pour lui, c’était un peu plus compliqué puisque, à 31ans tout juste dépassés, il ne pouvait plus prétendre à ce visa (en 2016, il fallait avoir moins de 31ans; aujourd’hui le WHV est valable jusqu’à 35 ans!). Pour lui, il faudra donc trouver une entreprise qui veuille bien le sponsoriser.

Les démarches pour un sponsorship en Australie semblent bien moins compliquées que pour les États-Unis et en parcourant les sites d’emploi (seek, gumtree…), on a pu voir que l’Australie regorge d’annonces de Chef de cuisine.

Blue Mountains – Australia

J’ai donc, dans un 1er temps, parcouru quelques sites et je me suis inscrite sur 2/3 forums pour les français en Australie pour réunir un maximum d‘informations concernant ce pays, des conseils et des avis précis sur les démarches administratives à prévoir… etc…

Quelques jours seulement après, je repère sur un des forums une annonce de job qui semble intéressante. Il est dit « recherche couple pour s’occuper de la maison/enfants et ayant des connaissances en restauration. Postes nourris, logés, payés. »
Après avoir répondu à l’annonce précisant nos compétences respectives en restauration (sans trop y croire non plus puisque c’était une 1ère tentative), on me répond que le poste ne correspond pas forcément à leurs attentes. Mais le manager qui nous a contacté (un français) était tout de même très intéressé par le CV de mon compagnon, en tant que Chef de cuisine. Un restaurant gastro venait tout juste d’ouvrir dans la Hunter Valley (à 2h de Sydney) et recherchait un chef de cuisine.

Après quelques jours et de nombreux échanges par mails pour avoir plus de précisions et expliquant nos attentes, soit qu’on recherchait un sponsorship pour lui, le patron semblait toujours intéressé!
Après quelques contacts téléphoniques, il est conclu que le boss serait ok pour le sponsoriser (après un essai bien sûr) mais il aurait besoin de lui dès que possible dans son restaurant… soit dès la semaines suivante!

Bon… là je vous avoue, j’étais à la fois sur-excitée d’avoir trouvé un sponsorship avant même d’arriver en Australie mais j’étais un peu flippée aussi! Faut partir la semaine prochaine?? Oups…

Étant donné qu’on était pas réellement prêt à partir de suite, aussi bien le temps de tout organiser matériellement que financièrement (on attendait une rentrée d’argent!), on se retrouvait face à un gros dilemme!

Était-ce réellement une bonne opportunité à saisir? Le poste était super intéressant pour lui, le logement était gratuit les 1ères semaines (on serait logés chez l’habitant le temps de s’organiser sur place) et surtout cette opportunité de sponsorship… Sachant qu’il recrutait également des serveuses (pour moi donc!)…
L’offre était évidement plus que tentante!! Risquée mais tentante!

Port Stephen – Côte Est- AUSTRALIA

Après quelques jours de réflexion, à savoir surtout comment financer ce départ anticipé, nous nous sommes mis d’accord: lui partirait seul dans un premier temps.
Déjà parce que nous ne pouvions pas réunir assez d’argent pour partir tous les deux dans l’immédiat, ensuite et surtout parce qu’il y avait encore plusieurs choses à régler en France avant de partir et dont il fallait que je m’occupe. Aussi, on s’est dit que c’était pas plus mal qu’il parte en tant qu’ « éclaireur », juste au cas où!

C’est donc après avoir réuni l’argent nécessaire pour acheter le billet d’avion Paris-Sydney, un visa touriste en poche (e-visitor, plus d’infos ICI) qu’il s’envole sans moi.

De mon coté: restée en France, je m’attelle à toute l’organisation avant mon départ, prendre un max d’infos aussi pour cette nouvelle aventure!
J’ai plusieurs choses à faire: la vente de la voiture, régler des paperasses administratives, me débarrasser de quelques objets matériels (sachant que je ne sais pas trop pour quelle durée je pars!)… etc…

2 semaines après, une fois la voiture vendue, l’administration réglée, le compte en banque bien en place: je fais ma demande de visa WHV!!
Et, oh surprise! Je l’ai obtenu DANS LA MINUTE!! Eh oui! Comme si une bonne étoile était passé par là! (Certain l’obtienne en plusieurs jours, voir plusieurs semaines!)

3 jours plus tard, mon billet d’avion en poche, je m’envole à mon tour pour commencer cette nouvelle aventure du bout du monde!

Et quelle aventure!

Banque, TFN, ligne téléphonique réglés en moins de 2 jours. Un véhicule acheté 1 semaine après mon arrivée. Une toit sur la tête en moins de 3 semaines. Un job trouvé 2 jours après mon installation…

2 années et demi à vivre et travailler dans une région magnifique à 2 heures de Sydney!

Après l’adrénaline du départ, il y a bien sur quelques angoisses et inquiétudes ! Cela fait peur mais c’est très excitant! Même les déceptions et les difficultés rencontrées (car il y’en a eu dès le début) font parties de l’aventure!

Maintenant que je l’ai fait, je me rend compte à quel point c’était facile en fait! Et tellement génial!!

Ne soyez pas inquiet! On s’adapte! Et on s’en sort! TOUJOURS!

Ali.

à découvrir!!!

Pour encore plus de fun, je t’invite à t’abonner dès aujourd’hui à MA CHAÎNE YOUTUBE: Ali Hope Travel où je raconte ma vie d’expatriée en Australie. Je te fais aussi découvrir toutes mes aventures à travers le monde et ma VanLife en France et en Europe, avec des conseils & des astuces de voyage utiles et fiables.

Je parle des bienfaits du voyage, pourquoi et comment il m’aide dans la relation à moi-même et aux autres… comme une thérapie! La thérapie par le voyage, ça te dit??! On en parlera ENSEMBLE!!!

Reste à l’affût et abonne-toi dès aujourd’hui à la chaîne YOUTUBE Ali Hope Travel!

Partagez l'article:
  •  
  •  
  •  
  •   
  • 28
  • 11